Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

CISTE - Conduite et accompagnement du changement

Accompagnement du changement

Les nouveaux espaces de travail ou tiers lieux de travail

Add this

Espace de coworking

Les tiers lieux de travail, retour sur un phénomène en développement.

DEFINITION

Nous les connaissons parfois sous le nom de « tiers lieux », d’espace de bureaux à partager, ou « coworking ». Ces dernières années nous en voyons apparaître dans la France et dans le monde. Aujourd’hui plus de 7000 espaces de bureaux partagés en mode communautaire existent dans le monde, c’est plus de 1,2 millions d’actifs qui ont déjà travaillé dans un tel espace. Les lieux diffèrent de part leurs tailles, les applications abordées, la façon de les faire vivre, autant de différences que de lieux.

Que veut dire le terme « tiers lieux » et d’ou vient-il ? Le concept des tiers lieux est défini par Ray Oldenburg en 1989 dans ses livres « Celebrating The Third Place » et « The Great Good Place ».

Les tiers lieux partagent des caractéristiques communes. Malgré les implantations géographiques différentes, les cultures différentes, le tiers lieu représente l’espace de rencontre qui participe à la création d’une communauté. Celle-ci favorise le sentiment d’appartenance ou la diversité est bienvenue, ou les acteurs peuvent être eux même.

L’ESPACE

Le tiers lieu est géographiquement défini. Il est neutre dans les devoirs des membres. Nous pouvons l’observer au travers des espaces existants ou nul n’est obligé de participer activement. Chacun est libre de son niveau d’implication au sein de la communauté.

LA CARACTERISTIQUE SOCIALE

Le lieu est libre d’accès par toutes personnes souhaitant intégrer la communauté. Un lieu de référence où les professionnels de domaines parfois variés peuvent se rencontrer, échanger et travailler. Les premiers tiers lieux de travail ont été fondé par des travailleurs indépendants du domaine du numérique souhaitant se développer et se connecter aux autres. La rencontre étant un aspect important de ces lieux, ces espaces développent et entretiennent une communauté soudée ou la notion d’appartenance est forte. L’espace la Cordée développe et propose ainsi son propre réseau social à ses abonnés, le but étant d’être facilitateur dans la synergie entre les compétences et les opportunités de leurs membres.

L’ATMOSPHERE

L’ambiance qui prédomine dans l’espace est légère voir ludique. Les acteurs doivent avoir envie de rester dans l’espace même si l’activité principal, professionnelle pour les espaces de travail, n’est plus présente. De cette façon les acteurs auront envie de faire perdurer l’expérience. Nous pouvons retrouver cet aspect dans les espaces de travail communautaire, des activités sont établies, qu’elles soient professionnelles ou simplement pour le plaisir. La communauté n’en est que plus soudée, l’acteur invité à revenir. Le lien entre espace de travail et le travailleur en est complétement modifié, sans pour autant modifier la nature du travail.

Les tiers lieux plus spécialisés dans le travail sont multiples, du Fablab (Atelier de fabrication), hackerspace (laboratoire ouvert sur le thème de l’informatique le plus souvent) De par la caractéristique sociale d’ouverture nombre de tiers lieux promeuvent l’utilisation de logiciels libres, matériel libre, de ressources documentaires sous licence libre ou de médias alternatifs alimentant ainsi un patrimoine informationnel commun.

LE TIERS-LIEU VU PAR SES UTILISATEURS

Nous nous intéresserons aux tiers lieux de travail qui se démocratisent ces 5 dernières années. Ces lieux se sont développés initialement autour des métiers du numériques, webdesigners, graphistes, … souhaitant réduire les coûts ainsi que de se connecter afin de trouver de nouveaux marchés. Avec la démocratisation de ces espaces, le noyau est ces dernières années rejoint de plus en plus par des salariés de PME ou TPE motivés par l’aspect social de ces lieux.

Nous retrouvons Anne. Anne et de ces nouvelles abonnées venues rejoindre un espace de travail partagé, fin 2016 à Lyon. Bien que salariée dans une TPE, celle-ci n’est pas en mesure de fournir un lieu de travail au cœur de Lyon. De plus la société est dans l’incapacité d’accueillir des réunions clients ou internes. Les tiers lieux de travail répondent bien à cette problématique en mutualisant les coûts du lieu et ainsi en offrant un espace de travail ponctuel et équipé accessible financièrement. Ce qui motive Anne n’est pas uniquement l’aspect financier mais plutot la possibilité de rejoindre une communauté. Echanger avec d’autres dans une ambiance agréable est ce qui a décidé son choix. Toutes les caractéristiques propres aux tiers lieux définis par le sociologue Ray Oldenburg.

Lionel travail au bureaux partagés la Cordée, Lyon 9ieme arrondissement. Le local dont il a participé à la création existe depuis septembre 2016. Il est actuellement utilisé au tiers de ses capacités. Salarié de la structure son rôle est d’être un facilitateur de la vie de l’espace. Il aide à la réalisation d’actions à caractère professionnel comme les sessions d’échanges autour la question de financement de nouveaux projets initié ce mois-ci.

QUELLES SONT LES PERSPECTIVES FUTURES DE CES NOUVEAUX LIEUX DE TRAVAIL ?

Le secteur des bureaux à partager en mode communautaire et en croissance régulière ces dernières années. De plus en plus d’actifs, dont des salariés de TPE PME, sont attirés par le souhait d’intégrer un groupe, participer à un réseau. Le magazine DeskMag spécialisé dans les nouvelles formes de travail et qui étudie les espaces de travail partagés, prévoit une consolidation de ces espaces en des plus grands sites ainsi qu’une poursuite de la recherche de la rentabilité pour des sites qui aujourd’hui ne fonctionnent pas forcément à l’équilibre. Le concept de « Tiers lieux » trouvera-t-il son modèle économique ?